DN1 : Bucarest – Ploiesti 

004bfg

Cette étude retrace en quelques lignes l’évolution urbaine d’un territoire et la façon dont l’occupation humaine a joué un rôle essentiel dans la définition de son identité. Elle est basée sur la conviction que les problèmes du développement urbain actuel sont liés aux erreurs des politiques d’aménagement antérieures.

Le travail met l’accent sur la présentation des mesures d’aménagement qui ont structuré le territoire, ainsi que sur les institutions ou entités politiques qui les ont imposées. Il retrace l’histoire de la construction de l’administration et étudie l’impact de ses différentes formes sur l’implémentation des politiques d’aménagement. Un suivi de l’évolution démographique et urbanistique permet de quantifier les effets de ces mesures.

L’analyse permet aussi de raconter, très rapidement et d’un point de vue personnel, l’histoire de Bucarest et de Ploiesti, les deux villes importantes qui limitent le territoire étudié. Elle se focalise aussi sur leurs problèmes de développement urbain et sur la mise en évidence des décisions politiques, administratives ou économiques qui ont influencé leur croissance. L’évolution de la pensée urbanistique roumaine est présentée en soulignant les moments clé qui ont engendré des mutations urbanistiques importantes.

L’exposé démontre que le développement historique amorphe et déstructuré qui a donné naissance aux agglomérations urbaines actuelles n’est pas la conséquence d’un défaut socioculturel, vaguement appelé « balkanisme », mais bien le résultat des politiques d’aménagement organisées mais souvent divergentes. Ces politiques successives ont débuté sous l’occupation romaine, se sont poursuivies difficilement au cours du Moyen-âge, à travers les efforts des princes valaques et de l’église orthodoxe et ont pris leur essor au début de la période phanariote, sous la domination ottomane. L’époque moderne les a institutionnalisés et leur a défini un cadre juridique cohérent. Au vingtième siècle, ces politiques sont devenues un outil indispensable pour la construction de l’état national et plus tard totalitaire, qu’il s’agisse de la monarchie, du régime nationaliste d’orientation fasciste ou de la dictature communiste.

Le territoire actuel est le résultat éclectique d’une somme de processus de création urbaine, pour la plupart de nature politique et économique. Son étude a comme but la mise en évidence de ces processus mais aussi la découverte des mesures, générales et spécifiques, qui pourraient harmoniser son développement. L’analyse de la stratégie actuelle de développement, approuvée par les autorités roumaines, ainsi que la description des structures administratives chargées de l’élaboration des plans et de leur application en font aussi partie.

La deuxième partie du travail se focalise plutôt sur les avenirs possibles de ce territoire. Elle retrace l’histoire de l’apparition du phénomène de périurbanisation afin de pouvoir analyser ses causes les plus importantes et de décrire ses effets négatifs sur l’évolution urbaine. Cette partie du travail est construite sur la conviction que l’urbanité naît autour de l’espace public et de la qualité de la vie sociale quotidienne. Ainsi, la critique des tissus périurbains est fondamentalement liée à la qualité des espaces publics qu’ils génèrent. L’étude explore rapidement les outils de planification existants, pour en relever leurs qualités et leurs défauts.

Finalement, sur base des intentions d’aménagement déjà énoncées par le planificateur, l’étude esquisse une proposition administrative liée a un projet d’urbanisation réduit qui essaye d’organiser la croissance actuelle. Cette esquisse est accompagnée par l’identification de plusieurs sites dont l’aménagement espère pouvoir équilibrer la croissance suburbaine actuelle.

DN1 Bucarest – Ploiesti a reçu en 2008 le Prix “La Cambre” pour le meilleur projet de fin d’études

1schèmas

2plan

banda-images

banda-planuri

1-image